Aime-toi

Est-ce que tu rêves d’être « une meilleure version de toi-même » ?

By 29 mai 2019 No Comments
ameliorer evoluer avancer envie

On n’y échappe pas, à ce message sous-jacent.

Sport, régimes, maquillage, fringues, et même ta bagnole : tout t’est « vendu » pour que tu deviennes « toi en mieux ».

Toi plus mince, toi plus musclée, toi plus belle, toi plus jeune, toi plus cool, toi plus sexy, toi plus successful.

 

Le week-end dernier, j’étais à une masterclass avec Franck Lopvet.

(Si tu ne connais pas le bonhomme, va voir sur sa chaîne Youtube, tu n’auras pas perdu ton temps !)

Je vais t’avouer un truc : je ne savais pas ce que je foutais là.

J’y étais, c’est tout. Prête à accueillir ce qui viendrait à moi pendant ces deux jours.

J’avais juste suivi une impulsion soudaine de m’inscrire.

 

Et je n’ai RIEN FAIT pendant ces deux jours. Je n’ai posé aucune question (mais je m’agaçais des questions hyper mentales de certains qui sont déjà en train de formuler la question suivante au lieu d’écouter la réponse que Franck leur donne). J’ai écouté, j’ai pris des notes, je me suis isolée car je n’avais pas envie de causer à des gens, et plusieurs fois, j’ai pleuré.

 

Parmi les centaines de phrases ultra-percutantes que ce gars a dites, je vais retenir UNE idée pour cet article :

Pour Franck Lopvet, il y a deux façons de faire un « mouvement » (je détaille après cette notion de mouvement) :

  • soit le désir de s’améliorer (on en vient à ce que j’ai dit au début) : tu te mets un « objectif » et tu cherches à l’atteindre.
  • soit l’expression de qui tu es.

 

La première solution, contrairement à ce que tu pourrais croire, c’est en fait un rejet de toi-même.

Quand tu cherches à t’améliorer, c’est qu’en fait tu rejettes une partie de toi.

Tu considères qu’il y a des parts de toi – physiques, psychologiques, comportementales… – qui ne sont pas assez bien et qui doivent être modifiées, voire effacées. (Je te rassure : je suis pareille.)

Mais on n’est pas des bagnoles qu’on peut « tuner », ou des fichiers sur un PC qu’on peut « mettre à la corbeille ».

On ne voudrait garder que les parts lumineuses de nous, mais pas les sombres. Regarde autour de toi : c’est ce que nous vendent tous les films et livres de fiction : le gentil contre le méchant. Mais en nous, il y a le gentil ET le méchant. La généreuse et la radine, l’écolo et la gaspilleuse, la sympa et la connasse, etc.

Chercher à supprimer les aspects sombres qui sont en toi, ça revient à déclencher une guerre contre toi-même.

(Et crois-moi, tes cellules, elles les sentent bien, toutes ces pensées négatives. Et ô surprise, elles n’aiment pas trop ça. Je te laisse en déduire les conséquences physiques.)

 

Le mouvement dont il est question ici est un mouvement de toi vers un objectif extérieur à toi, qui vient uniquement de ta tête. Cet objectif, tu peux le modifier à ta guise. Trop loin, quand tu as envie de te détester et te trouver nulle. Tout près, quand tu as envie de te glorifier. Dans les deux cas, c’est de l’ego.

Mais personne ne t’a rien imposé. C’est toi, et toi seule, qui poses tes propres buts et décides d’ « avancer » vers eux.

OK, tu avances, mais en réalité tu ne fais que t’éloigner de toi.

(Si tu savais comme j’ai pensé à touuuuuuuuus ces stages de développement personnel que j’ai suivis, toutes ces formations dans le but de changer/grandir/évoluer/performer… Ces deux jours m’ont fait remettre en perspective les dix dernières années de ma vie !)

 

Quant à la deuxième solution… hé bien j’ai adoré une des phrases-clés prononcées par Franck pour l’expliciter :

J’agis pour révéler qui je suis.

J’interprète ça comme un mouvement qui vient de l’intérieur de soi et rayonne dans toutes les directions, mais sans chercher à combattre/s’opposer/vaincre/détruire quoi que ce soit.

Tu agis COMME la personne que tu as envie d’être et non CONTRE la personne que tu es aujourd’hui.

(J’avoue avoir du mal à expliquer la subtilité entre ces deux concepts. Je reviendrai sans doute sur ce sujet au fil du temps.)

 

Je te donne un exemple concret :

Je me suis mise très sérieusement au sport depuis l’an dernier car je veux CHANGER mon corps. Je le veux plus musclé, plus tonique, moins gras. Tu te figures bien la guerre que je lui livre.

J’ai donc décidé de me comporter comme la personne que je veux être : une nana dynamique, sportive, volontaire.

Ça aurait pu remettre en question le fait d’aller au sport (après tout, le sport m’améliore d’une manière ou d’une autre). En fait, en décidant d’agir comme la personne que j’ai envie d’être, cela change mon état d’esprit et l’énergie avec laquelle je vais à la salle.

Je vais (enfin j’espère !) « émaner » quelque chose de différent : avant, c’était la nana fâchée avec son corps qui veut un contrôle sur lui, maintenant ce sera la nana qui kiffe juste d’être là.

(Si ça peut te rassurer, ça va me demander une vigilance de tous les instants pour arrêter d’être en guerre avec moi-même. C’est un tel bug pour mon cerveau que je dois relire mes notes régulièrement pour me rappeler de ce qui a été dit ce week-end !)

 

Et toi ?

Es-tu en lutte permanente contre toi-même ?

Comment vois-tu ces envies de devenir des « meilleures versions de soi » ?

 

 

Crédit photo : Dakota Macek - Unsplash

Leave a Reply