Aime-toi

Et toi, tu t’aimes ou pas ?

By 3 octobre 2018 No Comments
amour de soi aimer

J’étais complètement à côté de la plaque.

C’était la semaine dernière, j’étais en session de formation.  Pendant la semaine, nous passons une journée entière avec un coach qui nous fait travailler sur les mécanismes de l’ego. Ce jour-là, il a pris le temps de coacher individuellement chacune des 17 nanas présentes à la formation (devant tout le monde, comme à chaque dois).

Quand j’ai pris la parole et que j’ai exprimé ma problématique du moment, il m’a arrêtée au bout de quelques minutes d’explications – noyées entre deux sanglots. Quand je dis « quelques », je pense que c’était deux minutes, pas plus.

Il m’a juste posé UNE question :

« Quand est-ce que tu vas être pleine d’amour ? ».

Je suis restée bouche bée, à ne pas savoir quoi répondre. (En « mode bulot » comme dirait une de mes copines.)

Je n’ai pas compris sa question. Je ne voyais absolument pas de quoi il était en train de me parler.

Les 16 autres nanas, oui, mais pas moi.

Je suis restée figée plusieurs longues secondes, à me demander : mais bordel c’est quoi le rapport avec mon problème ???

« Pleine d’amour pour QUOI ?! » ai-je fini par demander.

Je ne me rappelle plus exactement ce qu’il a dit ensuite. Mon cerveau a une bonne capacité à zapper certaines infos, parfois.

Ce qu’il voulait dire, c’était : « quand est-ce que je vais être pleine d’amour pour MOI« .

(Aaaaaaaaah ! C’était donc ça ?!)

Et aussi que j’allais trébucher sur ce chemin, et que dans ces cas-là il fallait que je me prenne par la main et que je persiste.

Je n’avais même pas VU que je ne m’aimais toujours pas. En tout cas, pas tout le temps.

Pourtant, j’avais commencé à goûter à ce truc, l’amour de moi (j’en parlais dans cet article).

Mais ça va et ça vient, par vagues. Et je n’en étais pas consciente. Maintenant, oui.

En ce qui me concerne, ce n’est pas un chemin facile, vu que j’ai passé ma vie à ne pas m’aimer, à toujours trouver à redire sur moi (mon corps, mon comportement, mes actions, mes paroles, etc.).

Et sans vouloir faire de généralités trop rapides, j’ai l’impression que ça ne l’est pas pour grand-monde.

On veut être aimé des autres, mais on est infoutu de s’aimer soi-même.

« Moi je me déteste, mais je veux que toi tu m’aimes. »

Hyper logique, non ?

 

Et toi ?

Est-ce que tu lis cet article en restant branchée uniquement sur le mental, ou en te branchant sur tes tripes ?

Est-ce que tu es capable aujourd’hui de te dire que tu t’aimes ?

Est-ce que tu t’es seulement déjà posée cette question ?

Ou est-ce que tu préfères l’éluder ?

 

 

Crédit photo : Unsplash

Leave a Reply