Crée ta vie

A quoi tu te dis « oui » ?

By 10 octobre 2019 No Comments

J’avance beaucoup dans mes réflexions lorsque je discute avec des gens. J’ai donc attrapé une perle cette semaine, sous la forme de cette question :

A quoi tu te dis « oui », à quoi tu te dis « non » ?

 

C’est un consultant en marketing digital qui me l’a sortie.

(Evidemment, je me suis empressée de la noter avec l’idée d’en faire un article !)

Il y a quelques mois, il voulait s’inscrire à une formation de coaching top niveau. A la vue du prix, et à la vue des chiffres de son activité, il s’était : « non c’est pas possible, j’attendrai l’an prochain ».

Quelques semaines avant cette fameuse formation, il apprend que quelqu’un s’est désisté.

Ça fait tilt.

Il re-regarde ses chiffres, et même conclusion : « ça passera pas ». (En plus il venait d’apprendre que sa famille allait de nouveau s’agrandir, donc ça lui ajoutait une couche inconsciente de pression du style « tu es père de famille, tu dois assumer ton rôle blablabla ».)

Ça aurait pu s’arrêter là. Le gars attend l’année d’après et basta.

Sauf qu’il a un désir fort : il veut entrer dans une équipe de coaches dont il apprécie particulièrement le dirigeant. Mais le critère d’entrée est sans appel : il doit passer par cette formation-là, et pas une autre.

Alors il regarde ses chiffres pour la troisième fois.

Ils ont pas bougé, hein.

Mais son énergie, elle a bougé.

Et là il se dit : « c’est bon, ça va le faire ! ».

Il avait décidé de se dire « oui ».

 

 

A un niveau beaucoup plus modeste, ça me rappelle mes rendez-vous avec mon esthéticienne. (Oui je sais, mes exemples sont glamour.)

J’ai aucun problème à prendre mon rendez-vous mensuel pour me faire épiler, alors que c’est franchement pas une partie de plaisir. Mais quand il s’agit de m’offrir un soin… y’a plus personne.

Ou plutôt : y’a pas de budget.

Ou plutôt : je me fais croire que y’a pas de budget.

Parce qu’en fait je me dis « non » quand j’agis de la sorte.

(Ben ouais, pourquoi « gaspiller » de l’argent dans une prestation qui me fait du bien ?)

Cette semaine, j’ai décidé de changer ça, et de me dire enfin « oui ».

 

Ça peut te sembler étonnant, mais j’ai plus de mal à dépenser 60 balles dans une prestation qui me procure du plaisir, que 5000 dans une formation.

Parce que mon mode de fonctionnement, c’est de chercher constamment la rentabilité, l’utilité.

Dans un sens, c’est sain (ça évite le shopping compulsif), mais le revers de la médaille, c’est que j’oublie mon bien-être.

Je mets mon corps en dernier, et ma tête en premier.

Si je veux changer ce mode de fonctionnement, ça commence par des actions aussi simples que celles-là.

 

 

Tu vois, on en revient toujours au même sujet : l’argent.

Les gens croient que le problème vient de l’argent qu’ils ont – ou pas – sur leur compte en banque.

Alors que le vrai problème vient de leur relation à l’argent :

  • la perception qu’ils en ont,
  • la croyance qu’ils ne sont pas capables d’en générer,
  • cette peur tenace, la peur de manquer,
  • la peur de prendre des risques et « d’investir pour rien »,
  • …et tout un tas de sujets sur lesquels je pourrais revenir dans de prochains articles (j’ai ressorti mes cours de kinésiologie « spécial argent », ça m’a donné des idées !)

 

Alors on se dit « non », tout le temps.

On continue d’être d’accord avec ça.

D’accord avec le fait de pas prendre soin de soi.

D’accord avec le fait de pas apprendre de nouvelles choses.

D’accord avec le fait de passer derrière les autres.

 

On continue donc d’attirer des situations conformes à nos croyances.

Et la roue continue, indéfiniment.

 

 

Et toi ?

A partir de maintenant, à quoi tu comptes te dire « oui » ?

 

 

Crédit photo : Xavi Cabrera - Unsplash

Leave a Reply